La République du vivant : une nouvelle civilisation par Aymeric Caron

animal, antispeciste, aymeric caron, civilisation, droits, élevage, espece, êtres vivants, exploitation, Journal vegan, News, non-classe, république du vivant, souffrance, specisme, Tous les articles, vegan -

La République du vivant : une nouvelle civilisation par Aymeric Caron

Depuis le 07 avril,  « Antispéciste, réconcilier l’humain, l’animal et la nature », l’essai du journaliste Aymeric Caron est disponible en librairies aux Editions Don Quichotte. La Pradelle revient sur les réflexions de l’auteur.  

 

Le spécisme c’est quoi ?

 

Le spécisme est un terme employé pour la première fois par le psychologue britannique Richard Ryder en 1970. Il renvoie à une théorie « le spécisme » qui «  désigne toute attitude de discrimination envers un animal en raison de son appartenance à une espèce donnée », selon les mots de l’auteur.

En d’autres termes, il s’agit de classer dans un ordre hiérarchique les êtres vivants, à savoir les humains au dessus des animaux domestiques, eux-mêmes supérieurs au bétail etc.

Pour Aymeric Caron , il n’est pas question de nier les différences entre les espèces mais de reconnaître l’égalité des êtres vivants face à la souffrance et d’admettre que la vie de ceux-ci importent tout autant que les nôtres.

Dans un entretien au Nouvel Obs, il dit « Un ver de terre n’a évidemment pas le même rapport au monde que l’humain et ne doit pas forcément bénéficier des mêmes droits. Mais un ver de terre, comme un cheval ou un toucan, doit tout de même en posséder quelques-uns. Par exemple et dans la mesure du possible, le droit de ne pas être soumis à la souffrance. »

   

Antispéciste, un essai d’Aymeric Caron

Aymeric-Caron-on est pas couche CgK0tQzWsAAzivk aymeric caron antispeciste

Dans son essai, l’écrivain propose un regard philosophique sur notre rapport aux animaux et propose un « nouvel humanisme », un modèle de société qui bannit toute forme d’exploitation animale. Pour cela, il ne suffirait pas de ne plus consommer de viande mais également de bannir tous les produits d’origine animale tels que les oeufs, le lait, la laine ou encore de boycotter les zoos, les cirques et les corridas.

Pour aller encore plus loin et porter la voix des animaux dans nos sociétés humaines, Aymeric Caron propose la construction d’une civilisation antispéciste, un modèle de société qu’il intitule « la République du vivant ». Ainsi, les êtres vivants obtiendraient un véritable statut juridique ainsi que certains droits. Selon lui, il revient aux scientifiques de déterminer la teneur et l’extension de ceux-ci.  

 

Vers la construction d’une société antispéciste

 

Il suggère également la création d’une seconde assemblée, en parallèle de l’Assemblée Nationale et du Sénat : l’Assemblée Naturelle. Celle-ci serait composée de représentants désignés afin de défendre les intérêts des animaux, ayant notamment un droit de véto sur les lois « humaines ». Selon son modèle, nous effacerions toute notion d’animal d’élevage et retournerions à un état sauvage des animaux.

« Dans la mesure du possible, il faudrait que les animaux de boucherie redeviennent sauvages. Mais s’ils disparaissent, est-ce si grave? Il ne faut pas réfléchir en terme de sauvegarde des espèces, mais de sauvegarde des individus. Qu’on fasse en sorte qu’un individu vive dans un environnement décent, dans le respect de ce qu’il est, c’est essentiel, c’est la priorité. Mais qu’une espèce animale qui n’existe que pour être engraissée, passée à l’abattoir et mangée disparaisse ne me paraît pas une tragédie. »  

Et vous, avez-vous lu l’essai d’Aymeric Caron ? Réagissez en commentaires.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Tags

Sale

Unavailable

Sold Out